L’apparition des tramways dans la métropole Lilloise : des chevaux à la vapeur

L’apparition des tramways dans la métropole Lilloise : des chevaux à la vapeur
mercredi 25 mai 2022
L’apparition des tramways marque un tournant historique dans la manière de se déplacer dans la métropole. D’hier à aujourd’hui, ce sont deux réseaux distincts qui se sont côtoyés pour devenir celui que nous connaissons aujourd’hui. Des chevaux à la vapeur, l’histoire du tramway lillois est une histoire passionnante qui permet de découvrir encore un peu plus la ville de Lille.
Sommaire

L’Histoire des tramways hippomobile en plusieurs dates

Pour expliquer de la meilleure des manières l’histoire des tramways hippomobile, nous nous devons de passer par les différentes étapes qui ont marqué l’évolution constante de la manière de se déplacer dans la métropole. Grâce à cette invention, les Lillois ont pu se déplacer facilement de quartier en quartier, mais également entre les communes de ce qui allait, quelques années plus tard, devenir la MEL.

La création

C’est le 7 juin 1874 que les deux premières lignes de la Compagnie des Tramways du Nord (TN) sont inaugurées. Pour faire avancer la trentaine de voitures, pas moins de 200 chevaux y sont reliés. La traction hippomobile est donc le moyen utilisé pour les deux lignes qui relient la gare Lille Flandres à la porte de Béthune. La ligne A passe par la rue Nationale et quant à la ligne B, elle emprunte la rue Notre-Dame (qui est devenue aujourd’hui la rue Gambetta).
Rapidement, en 1875, des difficultés financières poussent les Tramways du Nord (TN) à céder leur place aux Tramways du Département du Nord (TDN). En 1876, les lignes de tramways sortent de la ville après de nombreuses négociations qui déboucheront sur l’autorisation de franchir les fortifications de la ville de Lille. C’est ainsi que née la nouvelle ligne Lille-Haubourdin puis les lignes Lille-Roubaix et Lille-Hellemmes.
Toujours en 1876, se crée la société privée TRT (Tramway de Roubaix et Tourcoing) qui met en place 6 lignes de tramways hippomobiles. C’est en 1877 qu’arrive la première ligne à Roubaix. Elle relie alors le centre de Roubaix au quartier de la Fosse aux Chênes et sera prolongée quelque temps plus tard jusqu’à Tourcoing.
C’est seulement 3 ans après, en 1880, que les premiers essais de locomotives à vapeur Hughes, mais aussi de locomotives sans foyer Francq sont réalisés dans le but d’essayer de remplacer la traction hippomobile. Après les différents essais, les nouvelles locomotives sont mises en service et rapidement utilisées sur les lignes sortantes de la ville, en complément des chevaux destinés aux trajets urbains.

Les lignes suburbaines

21 ans plus tard, le 20 mai 1901, les Tramways du Département du Nord (TDN) changent une nouvelle fois de raison sociale et deviennent la TELB : Tramways Électriques de Lille et sa Banlieue. En 1904, les premières lignes seront totalement équipées pour être électrique. C’est en 1908 que la première ligne départementale est mise en service entre Lille et Leers. La ligne 2, c’est le nom qui lui est attribué, voit le jour alors même que la ligne 1 n’est pas encore ouverte. Ce réseau comprendra deux autres lignes : la ligne 5 et la ligne 7.

Quelles villes traversent les tramways de Lille ?

À la toute fin de 1909, avec l’inauguration du Grand Boulevard, s’annonce un nouveau grand tournant pour les lignes de tramways lilloises. Ce Grand Boulevard relie Lille aux deux plus grandes villes au nord de la métropole lilloise : Tourcoing et Roubaix. Deux lignes de tramway “grande distance” y sont donc installées et débuteront toutes deux au boulevard Carnot pour se terminer à la Place de la Liberté à Roubaix pour la première ligne et à la Grand Place de Tourcoing pour la ligne 1bis. Ces deux lignes sont exploitées par la compagnie Electrique Lille Roubaix Tourcoing (ELRT) et le réseau est surnommé le “Mongy” pour rendre hommage à son créateur, Alfred Mongy.
Pour rejoindre Roubaix ou Tourcoing, les lignes de tramway débutent à Lille et traversent les villes de La Madeleine, Marcq-en-Barœul, Wasquehal, Villeneuve-d’Ascq, Croix, Roubaix, Mouvaux et Tourcoing. Pour traverser la ligne jusqu’à Roubaix ou Tourcoing, le trajet durera 30 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *