L'histoire des bâtiments de lille #8

L'histoire des bâtiments de lille #8
jeudi 14 février 2019
8ème épisode de l’histoire des bâtiments de Lille et encore de fabuleux lieux à vous conter ! Aujourd’hui ce sont plutôt des monuments que nous vous présentons, on commence par les étonnantes fleurs près de la gare Lille Europe aux portes du centre commercial Euralille. Puis, nous vous présentons le mystérieux muret qui jouxte le pont de la citadelle.

Les tulipes de Shangri-La, place François Mitterrand

 
Vous êtes forcément déjà passés devant cette étonnante sculpture entre le centre commercial Euralille et la gare Lille Europe, sans pour autant savoir son origine ni sa signification. L’installation est présente depuis 2004 à l’occasion de la nomination de Lille comme capitale européenne de la culture. C’est l’artiste japonaise Yakoi Kusama, autant connue pour ses messages pacifistes dans les années 70 que pour son excentricité, qui signe cette oeuvre. Ses tulipes sont inspirées de l’univers de Shangri-La, surnom donné à Diding, préfecture autonome tibétaine.
Le lieu de plus de 30000 km² qui culmine à 3380m d’altitude est un symbole de l’osmose entre l’humain, l’animal et le végétal. La reine japonaise du contemporain ne livre pas plus de secret sur ce qui lui a inspiré le monument mais la beauté et la couleur du tout permet un peu de rêverie au quotidien.
 

“Aux fusillés”, près du pont de la Citadelle Vauban

 
Autre époque, autre ambiance. Au croisement des boulevards Vauban et Liberté est érigé un muret où sont représentés 5 hommes. Le monument est une oeuvre de Félix Desruelles commandée par la ville en mémoire de 5 martyrs de la première Guerre Mondiale. Il représente 5 hommes lillois ayant étés exécutés dans la citadelle en 1915 pour leur ville. Un commerçant, un lieutenant,  un ouvrier et un marchand de vin sont donc fièrement représentés depuis mars 1929. Le cinquième homme à terre est le jeune étudiant aux Beaux-Arts Léon Trulin, qui fût fusillé par les allemands pour résistance avec les ennemis belges dont il était natif.
Les fusillés lillois, nom du monument, fut détruit par les allemands en août 1940. Il sera reconstruit à l’identique par la veuve du sculpteur et témoigne encore du courage des lillois.
 
jean-philippe Granger

Crédits: Jean-Philippe Granger

 
Faites le plein d'actualités lilloises avec ilévia.
Share