L'histoire des bâtiments de Lille #10

L'histoire des bâtiments de Lille #10
mercredi 26 juin 2019
Nous revoilà pour une dixième salve. Lille regorgeant d’histoires (dans tous les sens du terme), nous voilà réunis pour vous conter les péripéties de nouveaux bâtiments. 
Aujourd’hui, focus sur deux de nos musées emblématiques.
 

Le Musée de l’Hospice Comtesse

Beaucoup d’entre vous savent déjà que l’Hospice Comtesse était un des plus anciens édifices lillois. Érigé en 1237, c’est à la demande de la comtesse Jeanne de Flandre qu’il fût construit dans l’enceinte même de son palais. Ce bâtiment, jumelé avec l’hôpital Notre-Dame avait pour mission de recueillir les malades, les personnes âgées ou encore des pèlerins.
Vivant selon les règles de Saint Augustin, les religieuses occupant les lieux et prodiguant les soins sont dénommées les Augustines. En 1650, un bâtiment est édifié le long de la rue de la monnaie par Julien Destrée. Le rez-de-chaussée était dédié à un usage commercial, comme aujourd’hui encore. Un dernier bâtiment vient fermer la cour d’honneur en 1724. Ce bâtiment restera le plus grand hôpital lillois jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, avant le transfert des malades à l’hôpital Saint-Sauveur lors de la révolution française. L'hôpital Comtesse deviendra un refuge pour les bleuets, nom que l’on donnait aux orphelins. Plus tard il ne recueille plus que des vieillards d’où le nom d’hospice. En 1939, l’édifice est désaffecté et cet édifice emblématique lillois devient un musée en 1962.
Aujourd’hui, vous pouvez y visiter des expositions éphémères mais surtout parcourir l’exposition permanente composée d’ustensiles, d’outils et de mobilier présentant la vie sociale et culturelle lilloise du XVIIe au XVIIIe siècle. 
 

Le Palais des Beaux Arts de Lille

Le Palais des Beaux-Arts de Lille n’est pas le plus vieux des bâtiments lillois. En revanche, sa création résulte d’une véritable volonté politique qui préfigure l’importance du gouvernement pour l’accès à la culture.
En effet, ce n’est autre qu’un arrêté impérial de 1801 qui est à l’origine du Palais des Beaux-Arts et ce, comme 14 autres musées provinciaux. Napoléon Bonaparte, avait pour volonté de partager les oeuvres d’arts de la nation, instrumentalisant aussi la puissance militaire, car la majorité d’entre elles étaient des trésors de guerre.
Le 6 mars 1892, la Palais des Beaux-Arts de Lille est inauguré. Pour l’anecdote, c’est une loterie qui a permis la construction de l’édifice Place de la république. En effet, la ville voulait offrir à ses habitant un bâtiment conséquent, elle eu cette idée et commercialisa 5 millions de billets à 1 franc, une première pour l’époque ! L’histoire retiendra que la moitié des billets seront vendus et que les architectes ont dû revoir leurs prétentions à la baisse concernant la superficie du musée. Clin d’oeil de l’histoire, l’annexe construite presque un siècle plus tard renvoie son reflet au monument initial, de quoi imaginer ce qui aurait pu être le plus grand musée de France. Le PBA a connu de nombreux changements notamment dû aux tirs de soixante-dix obus essuyés en 1914. Un atrium fût érigé en 1932 puis réhabilité en 2017. En 2019, la salle des plans-reliefs est réouverte.
Share